Vidéo : vous avez dit programmatique ?
Partager l'article sur :

En ces temps de chaleur intense, l’envie de faire une pause histoire de se dégourdir les doigts est quasi légitime. Nous ouvrons donc une petite page web, tapotons lemonde.fr et regardons ce qui s’y passe. On y cause bien évidemment de la Grèce et voilà que ce cher Thomas Piketty donne son avis sur le sujet, qui plus est en vidéo. Le bonhomme est un expert et il doit certainement avoir pensé à quelque chose d’intéressant. Nous lançons la vidéo, et de manière quasi rassurante débute une publicité pendant une vingtaine de secondes. « L’Homme Idéal » de Guerlain nous accompagne et notre ego est limite flatté puisque l’on se dit que la publicité en question est bien évidemment ciblée.

Piketty démarre et patatras nous nous rendons compte que la vidéo va durer 25 minutes. Il fait certes chaud mais nous avons tout de même autre chose à faire. Donc nous zappons et cela tombe bien puisqu’un Alain Gillot-Pétré des temps modernes nous explique le principe de la canicule, toujours en vidéo. Et rebelote, « L’Homme Idéal » se remet à arpenter les rues. Dès lors, notre conscience professionnelle remonte à la surface tel un glaçon quand le pastis est quasiment terminé et nous nous mettons alors à questionner le fameux ciblage publicitaire, le marketing 2.0. Suis-je vraiment l’homme idéal ? Sens-je si mauvais ?

C’est alors que nous zappons, re-zappons et re-re-zappons. Et la conclusion est alors évidente : il n’y a point de ciblage et certainement pas d’une finesse extrême qui s’appuierait sur de la Big Data. Le capping est aux abonnés absents, et au bout de sept démarrages la musique de la publicité Guerlain commence à vraiment nous taper sur le système. Dernière hypothèse : la régie n’a trouvé qu’un seul annonceur et toutes les places de marché dédiées à la vidéo sont aussi à sec qu’un distributeur de billets à Athènes…


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi