Royaume-Uni : L’adblocking concernera plus d’un quart des utilisateurs en 2017
adblocking
Partager l'article sur :

L’adblocking concernera plus d’un quart des utilisateurs au Royaume-Uni en 2017

Selon eMarketer, plus d’1/4 des utilisateurs pratiqueront l’adblocking au Royaume-Uni d’ici la fin de l’année prochaine.

Utilisé pour bloquer l’affichage du contenu publicitaire lors de la navigation, l’adblocking autrefois considéré comme l’apanage des technophiles, joueurs en ligne et
« early adopters », est désormais une pratique qui s’est étendue au point d’être aujourd’hui une menace réelle pour le marché de la publicité digitale. Il semblerait que ce phénomène mondial gagne du terrain au Royaume-Uni.

eMarketer estime en effet qu’en 2017, 27 % des internautes britanniques pratiqueront l’adblocking et que 14,7 millions de personnes choisirons de stopper l’affichage des publicités sur au moins un de leurs devices.

Sur les 10,9 millions de personnes qui bloquent les publicités, 90,2 % le font sur ordinateur ou PC portable tandis que 28 %* environ les bloquent sur mobile. Ceci s’explique notamment par les difficultés rencontrées lors de l’installation d’un adblocker sur mobile qui impliquait jusqu’à récemment un processus complexe. De plus, l’adblocking n’est pas encore assez développé sur les applications mobile.

« L’adblocking est maintenant un véritable problème pour les annonceurs. L’année prochaine, plus d’1/4 des personnes qu’ils tentent de toucher seront inatteignables », déclare Bill Fisher, Analyst senior d’eMarketer.

Le point positif de l’ampleur prise par cette pratique est qu’elle amène l’ensemble des acteurs du digital à repenser la façon d’adresser la publicité devenue irritante pour les internautes. Une prise de conscience qui s’est d’ailleurs traduite par des initiatives récentes, notamment celles de l’IAB (avec son guide pour lutter contre l’adblocking) ou encore l’annonce de Google qui souhaite prendre les devants en interdisant certains formats intrusifs sur son navigateur Google Chrome.

Retrouvez l’intégralité de l’article

 

*Certains utilisent les adblockers sur différents devices.


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi