Fréquenstar by Ratecard
Partager l'article sur :

De 1990 à 2010, Laurent Boyer anima son émission culte, Fréquenstar. Le principe était relativement simple : s’entretenir avec des stars sur le ton de la confidence, et donc comprendre le pourquoi du comment elles en sont arrivées là et non pas ailleurs, alors que le champ du possible était au départ aussi vaste que les plaines du Montana au travers d’une longue-vue tenue à l’envers. Avec la nouvelle version du Magazine Ratecard sortie en décembre dernier, nous avions ausculté de près Olivier Gonzalez et le fonctionnement de Twitter en France. Fort de ce succès -une source confidentielle nous a même avoué qu’elle préférait désormais, pour s’instruire, nous lire au bureau plutôt que d’écouter les Grosses Têtes- nous nous sommes alors mis en chasse de notre prochain confident, du nouveau participant à notre Fréquenstar des années numériques.

Le succès des rencontres de l’UDECAM dédiées au programmatique du 25 mars nous ont rappelé combien ces sujets liés au marketing digital sont clé dans notre monde de la communication. Il nous fallait donc trouver une autre célébrité de notre marché, une vraie personnalité, quelqu’un avec qui vous avez naturellement envie de passer un moment instructif et agréable. Notre choix s’est donc porté sur Bertrand Beaudichon (Omnicom Media Group). Tous les sujets chauds du moment furent abordés : relations avec les annonceurs, avec les agences créas, avec les régies, limites de la Loi Sapin, recrutement du PSG…

Nous allons également vous parler mobile parce que bien évidemment, et ce comme chaque année depuis maintenant pas mal de temps, 2014 sera l’année du mobile. Nous vous proposons donc une sorte de bilan intermédiaire, différent de celui que nous avions fait fin 2012 et probablement moins puissant que celui que nous ferons l’année prochaine, vous savez en 2015, la prochaine nouvelle année du mobile.

Et bien évidemment, nous allons aussi vous parler un peu technologie, parce que vous parler de marketing digital sans donner d’explication technologique, ce serait un peu comme de confisquer son vélo à Richard Virenque, vous seriez rapidement perdus. Alors maintenant fermez les yeux, et imaginez quelques instants ce que Mozart aurait pu faire s’il avait bénéficié du son Dolby : voilà que tout à coup tout la lumière se fait et que tout s’éclaire devant vos oreilles ébahies.

Nous espérons que le menu vous a mis en appétit, que vous en apprécierez les différentes saveurs, et que plus important encore, tout cela vous donnera encore plus envie de vous plonger dans le grand bain de cette communication digitale. Le marketing digital n’est pas si compliqué et nous nous ferons toujours un plaisir de vous servir de flotteur.

Sommaire du Ratecard_Magazine #23


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi