Pourquoi nous devons tous supporter l’Equipe de France ce soir contre l’Ukraine !
Partager l'article sur :

Nous n'allons pas vous parler ici des valeurs patriotiques et autre amour du maillot. C'est aux professionnels du marketing digital que nous nous adressons. Vous êtes actuellement tous en train de faire vos budgets pour 2014, vous avez réservé bien entendu une part croissante et impressionnante à Ratecard et nous vous en remercions, mais nous n'hésitons à vous prévenir : si l'Equipe de France ne se qualifie pas ce soir pour la Coupe du Monde au Brésil, c'est notre Q2 2014 à tous qui risque de souffrir. Alors on enlève les vestes, on met le maillot frappé du coq, on arrête de chipoter sur le fait que certains semblent traîner les pieds sur le terrain, on oublie un moment qu'on peut éventuellement préférer le rugby et on se met à penser business.

1- Les annonceurs vont couper le robinet

Pas d'Equipe de France au Brésil c'est immédiatement moins de budgets publicitaires pour des sociétés comme BetClic, Bwin, Française des Jeux ou PMU. Parier sur un match entre la Belgique et l'Uruguay, c'est bien gentil mais c'est nettement moins rémunérateur qu'un bon France-Italie. Ceci est également valable pour des annonceurs de type Heineken rapport à la consommation de galopins les soirs de match, Air France, qui se voyait bien emmener quelques milliers de supporters du côté de Rio, Roger Voyages qui organise des visites du Bois de Boulogne, etc… 

2- Les médias n'auront rien à raconter

En juin 2014, la planète va s'arrêter de tourner pour se figer du côté de Rio et de Sao Paulo. Tous les regards seront tournés vers les danseuses brésiliennes et autres sambas endiablées, autrement dit, les médias français ne sauront pas de quoi parler. Imaginez 24h/24h un journal comme celui de TF1 à 13h diffusé en continu sur tous les sites web et vous y êtes. TF1 justement nous annoncera son plan social rapport aux millions perdus à cause de l'absence de cette Equipe de France, L'Equipe devra encore plus se consacrer à la page transferts alors que même Twitter ne pourra pas nous faire profiter de ses # endiablés un soir de match.

3- On va encore passer pour des débiles

Actuellement, plusieurs sociétés technologiques françaises comme Teads par exemple lèvent de l'argent avec pour objectif d'ouvrir des bureaux à l'étranger. Vous êtes vous déjà retrouvés auprès d'un anglais qui vous souhaite good game parce qu'il vient de vous coller une raclée ? Cette fois-ci, vous n'y serez pour rien mais vous souffrirez tout de même de réflexion de type : "ces français, ils doivent être super forts, t'imagines, leur pays ne s'est pas même pas qualifié pour la Coupe du Monde. Ah non, je ne parle pas de la Bosnie puisque eux ils y vont au Brésil."

4- Le networking sera beaucoup moins sympathique

Nos métiers autour du marketing digital vont à cent à l'heure et nous sommes obligés de tous nous rencontrer régulièrement pour comprendre qui fait quoi et qui va où. Le succès d'ATS la semaine dernière ne réside pas dans sa capacité à réunir des annonceurs, nous n'en avons trouvé qu'un, mais bien à donner un prétexte à une assemblée de plombiers pour parler tuyaux. Si la France se qualifie pour la Coupe du Monde, nous nous engageons chez Ratecard à organiser un bel apéritif sur "Le Big Data au Brésil" un soir de match des Bleus. Si la France ne se qualifie pas par contre, pensez donc à ces superbes petits-déjeuner auxquels vous aimez tant assister à 08h30…

On pourrait encore vous trouver tout un tas de raison, mais chers amis lecteurs, que vous soyez annonceurs, agences, éditeurs, régies, ou prestataires technologiques, il en va de notre équilibre à tous de supporter les bleus ce soir. Oui ils sont pénibles, oui c'était plus sympa quand les allemands étaient très méchants et que Thierry Rolland voulait leur envoyer des chars, mais en attendant, une Coupe du Monde sans l'Equipe de France, ce serait nettement moins chouette. A titre personnel, je n'ai aucun souvenir de ce que je faisais en juin 1994, France-Bulgarie était passé par là pour nous empêcher de jouer la Coupe du Monde aux Etats-Unis, alors qu'en 1998, mes souvenirs sont beaucoup plus précis.

Alors allez les bleus et collons leur en trois !


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi