Rapport Rubicon Project Q3 2015
rubicon project dmexco 2015
Partager l'article sur :

Nous avons voulu nous pencher sur le rapport Rubicon Project (RUBI) Q3 , le spécialiste désormais mondial de la publicité programmatique.Dans notre secteur préféré, quelques sociétés sont cotées. Ainsi, Weborama et Hi-Media animent le marché parisien depuis les années 2000 alors que Criteo, Rocket Fuel, Tubemogul et d’autres sont actives Outre-Atlantique. Pour nous, observateurs attentifs, l’un des intérêts de ces cotations, c’est qu’un nombre d’informations plus ou moins intéressantes sont diffusées tous les trimestres afin de faire un point sur l’état de santé des dites sociétés. On fait aussi un peu perspective et le tour est joué.

Nous avons digéré pour vous le rapport financier mais aussi la transcription de présentation aux investisseurs des dirigeants de l’entreprise, sans oublier les questions-réponses des investisseurs en question. Voilà ce qu’il en ressort :

CHIFFRE D’AFFAIRES

  • Le chiffre d’affaires sur le trimestre en question est de 64,3 M$ à comparer aux 33,2 M$ sur la même période en 2014.
  • Pour le prochain trimestre, Q42015, celui-ci devrait se situer entre 87,5 M$ et 98,5 M$.
  • Pour l’année 2015 entière, le CA devrait être compris entre 242 M$ et 253 M$.
  • Pour 2016, la société prévoit une fourchette de CA entre 315 M$ et 355 M$.

MANAGED REVENUES

  • Il s’agit du chiffre d’affaires géré au travers de la plateforme. Schématiquement, il s’agit du volume total de transactions qui inclut donc le chiffre d’affaires de la société mais aussi la partie reversée aux éditeurs.
  • le montant pour Q32015 est de 244 M$ à comparer aux 168 M$ sur Q32014. Cette variation s’explique pour une montée des prix et une augmentation du nombre d’enchères.
  • 77% de ces Managed Revenues sont effectués via RTB contre 16% via des Ordres et 7% en Statique.
  • 74% sont obtenus via les Desktops et 26% via le Mobile.

TAUX DE MARGE

  • On parle ici de « Take Rate » ce qui correspond schématiquement à un taux de régie puisqu’il s’agit du rapport entre le Chiffre d’Affaires et les Managed Revenues.
  • Ce taux passe de 19,1% en Q32014 à 23,7% en Q32015.
  • Ces taux varient en fonction du type de deals, de la taille, de la fréquence, …

AD-BLOCKER

  • Les dirigeants commencent leur intervention sur ce sujet considéré comme le buzz word du moment. Plusieurs analystes financiers ont d’ailleurs débuté leurs questions par ce sujet.
  • Ils voient ce phénomène comme une opportunité car il va permettre d’encore mieux mettre en avant la capacité à proposer des publicités plus ciblées.
  • Ils développent également des solutions à destination des éditeurs afin de fluidifier le chargement des pages parfois ralenti à cause de la présence des publicités.

MOBILE

  • Sur une année pleine, la croissance des revenus issus du mobile est de 110% à comparer à une croissance de marché de 54% selon l’IAB aux Etats-Unis.
  • Le développement de formats dédiés au mobile et non pas simplement copiés du desktop explique en partie ces bons chiffres.
  • La vidéo sur mobile commence à peser de manière significative. Il est notamment rappelé qu’un utilisateur moyen passe 40 minutes par jour à regarder des vidéos sur mobile.
  • L’achat sur mobile est bien plus complexe que sur desktop. Les pratiques deviennent aujourd’hui mieux appréhendées, ce qui explique aussi en partie une meilleure familiarité des processus côté acheteurs.

PRODUITS

  • Les éditeurs continuent de faire face à un mouvement de leur audience vers le mobile avec donc les challenges de monétisation associés.
  • Via son outil Orders, la société propose désormais une gestion des deals Garantis et Non-Garantis.
  • L’option Fastline doit permettre aux éditeurs d’apparaitre en meilleure position dans la file des acheteurs.
  • Dans le Cloud côté Achat, l’intégration de Chango (racheté en Q2 2015) permet également d’offrir une solution complète.

 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi

Ratecard Days