La Publicité : un complément de revenu pour les vendeurs de voyage en ligne ?
Etats-Unis
Partager l'article sur :

La Publicité : un complément de revenu pour les vendeurs de voyage en ligne ?

Par travel audience

Pour financer des investissements publicitaires en ligne de plus en plus conséquents pour attirer des visiteurs sur leurs sites, les acteurs du e-tourisme peuvent avoir recours à la publicité pour générer de nouveaux revenus et améliorer leur rentabilité. Explications.

Un annonceur peut-il également devenir support publicitaire ? La proposition peut sembler contre intuitive mais cette pratique tend à se démocratiser dans un univers du e-commerce hyper compétitif et où les marges sont parfois très faibles.

« Dans le tourisme, les coûts d’acquisition progressent de 10% chaque année mais les taux de conversion restent stables et limités entre 1 et 5% des visiteurs d’un site. Dès lors, beaucoup d’acteurs du tourisme en ligne voient la publicité comme une source de revenus complémentaires pour monétiser ces 95% de visiteurs qui n’achètent pas sur leur site. » explique Arnaud Valion, Head of Sales France chez travel audience GmbH.

La Peur de la cannibalisation

Si l’idée de monétiser une audience qui n’a rien acheté sur son site peut séduire, beaucoup d’acteurs restent toutefois réticents à l’idée de diffuser des bannières publicitaire au profit d’autres sites, potentiellement concurrents.

« C’est un faux débat. Les internautes ne font déjà plus la différence entre un site marchand et un site média. Et ils n’hésitent pas à consulter entre 6 et 7 sites différents avant de passer commande. En affichant nos Native Ads en bas de la page de résultats, nous touchons l’internaute prêt à quitter le site. Alors autant monétiser ces clics sortants d’autant que ces mêmes internautes peuvent tout à fait revenir plus tard » explique Arnaud Valion.

Des doutes sur l’impact financier

Au-delà de ces questionnements stratégiques, les acteurs du e-tourisme peuvent également estimer que les revenus tirés d’une activité publicitaire seront très faibles, comparés à ceux générés par leur activité traditionnelle.

« Les revenus publicitaires sont effectivement modestes dans le secteur du voyage comparés aux revenus traditionnels d’un site e-commerce. En outre, peu d’acteurs du voyage proposent un gros volume d’impressions et les régies n’ont pas d’offre spécifique dédiée au voyage. Avec son offre de Native Ads contextualisées, travel audience est d’autant plus pertinent qu’il garantit un eCPM élevé malgré des volumes restreints. » ajoute Arnaud Valion, Head of Sales France chez travel audience GmbH.

Choisir le bon partenaire

Faire le choix de cette forme de monétisation est une chose mais il faut également opter pour le bon partenaire. Plus le contenu de l’annonce est proche de l’offre du site éditeur, plus le CTR et l’eCPM de l’éditeur sont élevés.

« Avec son offre Native Ads qui propose des annonces contextualisées au plus près de l’intérêt de l’internaute, travel audience transforme la publicité en valeur ajoutée pour l’internaute. La promesse de travel audience : des offres contextualisées au bon emplacement dans le plus grand respect de l’expérience utilisateur. » indique Arnaud Valion.

Une efficacité qui a d’ailleurs poussé divers acteurs du voyage en ligne, Infomediaries, Metasearch ou agences en ligne, à également retenir les formats natifs de travel audience pour monétiser leur trafic sortant et financer en partie les coûts d’acquisition.

« Grâce à l’A/B Testing et au travail sur l’UX de ces formats natifs, nous avons observé une hausse de 35% des taux de clic ce qui s’est traduit par une hausse de +186% de nos revenus par page (CPM) » explique Thomas Sauzedde, Directeur Général de Routard.com (étude de cas de Routard.com disponible ici)

« Travel audience performe deux fois mieux sur certaines landing pages que d’autres partenaires grâce à des annonces contextualisées et parfaitement intégrées avec l’interface de nos sites » confirme Alessandra Di Lorenzo, Chief Commercial Officer – Media & Partnerships lastminute.com group (étude de cas de lastminute.com disponible ici)

Il faut dire que les perspectives du marché publicitaire sont loin d’être négligeables. Si la FEVAD estime le marché du e-commerce à 20 milliards d’euros en France, celui de la Publicité digitale aurait déjà dépassé les 3,5 milliards d’euros dans l’hexagone avec des perspectives très prometteuses dans le secteur du voyage.

Pour en savoir plus, contactez Arnaud Valion : a.valion@travelaudience.com

 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi