Portrait RadiumOne : Caroline Duret et Laure de Mullenheim
portrait radiumone
Partager l'article sur :

Ratecard vous fait découvrir le portrait RadiumOne de Caroline Duret et Laure de Mullenheim

RadiumOne est présent en France depuis Mars 2012. Si quelqu’un sur le marché ne sait pas encore que c’est Frédéric Bellier qui gère cette équipe d’une vingtaine de personnes, c’est qu’il vit probablement dans une cave sans lumière. D’interviews en conférences, Frédéric ne manque jamais une occasion pour expliquer non seulement ce que fait RadiumOne mais aussi en quoi le programmatique propriétaire peut être bénéfique pour un annonceur, un éditeur, un ayant droit ou une agence. Ceci étant, il n’est pas toujours évident de comprendre de quoi il retourne et c’est aussi pourquoi nous avons souhaité donner la parole aux Filles de RadiumOne.

 

Caroline la récidiviste

Caroline Duret est Directrice Commerciale et Marketing. On peut résumer son background au travers de quatre expériences qu’elle réussit aujourd’hui à valoriser dans ses nouvelles fonctions :

  • chez l’éditeur (Tiscali-Alice) pour comprendre les problématiques de revenus
  • en régie (Canal+) pour développer le online publicitaire chez un acteur offline
  • en start-up (Attractive World & SkyBoard) pour apprendre à changer les ampoules
  • avec Frédéric Bellier (Tiscali-Alice), comme ça elle n’a même pas d’excuse pour cette partie

Laure le couteau-suisse

Laure de Mullenheim est pour sa part Directrice du Business Développement. Elle met également à profit ses différents domaines d’expertise :

  • Madame Outils : on ne parle pas de perceuse mais bien d’informatique. Dès 1997, Laure bricolait chez Initiative des outils d’analyse d’audience sur internet
  • Melle AdServer : diffuser une publicité digitale n’a aucun secret pour Laure puisqu’elle travailla chez Real Media (aujourd’hui Xaxis) pendant quatre années
  • Miss Transaction : sept ans chez ValueClick à développer leur plateforme d’affiliation lui ont permis de se familiariser avec les transactions entre annonceurs et éditeurs, les cookies, la data…
  • Frau Data : 2 ans chez Ezakus, c’est le début des histoires de DMP Editeurs (Data Management Platform). Comme ça elle n’a pas d’excuse non plus

Blockbuster

Quand vous connaissez le casting d’un film vous devinez généralement assez facilement de quoi il va retourner. Sylvester Stallone joue régulièrement dans des films d’auteur alors que Daniel Auteuil est devenu incontournable pour les études de mœurs sociétales comme Les Sous-Doués passent le bac. Il en est de même dans le marketing digital. Maintenant que nous connaissons les Filles de RadiumOne, que pouvons-nous en conclure de leur activité :

  • la société commercialise, et c’est l’essentiel du métier de Caroline Duret et de ses équipes, des campagnes publicitaires programmatique, des dispositifs digitaux qui permettent de proposer aux marques, directement ou via leurs agences médias, des solutions construites à partir de briefs mixant Audience & Media Planning. Pour vendre des bonnes pizzas, mieux vaut savoir les faire
  • pour satisfaire ses clients, RadiumOne utilise sa propre technologie (DSP + DMP + Outils Data) qui permet de bonifier et de retravailler des audiences et des inventaires en fonction des objectifs demandés. Le travail des équipes de Laure de Mullenheim est de notamment expliquer la valeur ajoutée et la singularité des outils RadiumOne et d’aider à leur mise en place et bon usage

Scénario

  • RadiumOne est ce qu’on appelle dans notre jargon un trading desk outillé ou plateforme de trading. Cela veut dire qu’ils n’interviennent que sur le marché du programmatique (RTB) et que pour accéder à ces AdExchanges, ils le font  non pas via des technologies tierces mais via leurs propres outils.
  • RadiumOne collabore pour des raisons de complémentarité avec les trading desk des agences médias. Un bon exemple de collaboration intelligente réside dans la mise en place de pixels d’exclusion et d’activation intelligente de data. Le principe est simple : éviter que vous rentriez triomphant chez vous en expliquant à votre conjoint que vous avez gagné ces deux places de concert aux enchères et d’apprendre alors que la personne contre qui vous vous battiez, c’était justement lui ou elle.
  • RadiumOne a développé des outils propriétaires sur le Mobile & le Social qui permettent aux marques de collecter, agréger, segmenter, score et activer leurs points de contacts : RadiumOne Connect pour le mobile, et le social avec Po.st (boutons de partage, un raccourcisseur d’URL etc…). Les datas ainsi fournies enrichissent les outils d’aide à la décision de la marque pour ses dispositifs media, en utilisant le levier RTB et l’intelligence Data, bref a priori, ça le fait !
  • Grâce à ses outils, RadiumOne permet aux annonceurs de toucher leur cible sur tous leurs points de contacts d’une marque : site, application mobile avec leur SDK, CRM, e-mail, point de vente physique, comptes Facebook ou Twitter avec Po.st, … Les annonceurs pourront ainsi agir puis interagir avec leur cible dans n’importe quel environnement digital. C’est le fameux Omnichannel (on en parlera un autre jour).
  • Ces données sont des signaux qui en temps réel sont mis à jour pour définir au mieux le bon message pour la bonne cible, format, message : Branding, Engagement, Recrutement. L’intelligence de la plateforme est construite sur un brevet déposé : Sharegraph. RadiumOne ne croit et ne conseille ses clients que sur la fameuse 1st et 2nd Party pour le moment, le premier choix. Quand les différents prestataires constituent des bases de données de cookies, RadiumOne construit avec le Sharegraph une base de données de liens entre ces cookies, les devices, les audiences. Autrement dit, le cookie me dira qui tu es et grâce à Sharegraph je pourrai également entrer en relation avec les personnes avec qui tu partages ou qui te ressemblent. C’est « déterministique » on vous dit.
  • – Côté éditeurs, ayants droit et agences, ces acteurs peuvent également disposer de la plateforme RadiumOne en marque blanche dans le but de faire par exemple de l’extension d’audience, du « Omnichannel ». Un exemple : votre audience est recherchée par certains annonceurs mais vous ne disposez pas ou peu d’inventaire vidéo. Grâce à ces outils, votre audience sera à nouveau identifiée dans un contexte éditorial différent ou similaire autour de nouveaux formats. Vous aurez réussi ainsi à monétiser vos fameuses datas puisque que ces campagnes que vous aurez commercialisées vous permettront d’avoir généré des revenus en dehors de votre environnement initial

Happy Ending

C’est finalement très simple ce que fait RadiumOne : en collectant des données uniques au sens « pas comme tout le monde » via leurs outils de la gamme Po.St & Mobile Connect, ils peuvent intervenir en programmatique avec des informations supplémentaires pour mieux cibler et donc toucher des cibles. Un peu comme du délit d’initiés autorisé, car c’est la data de leur clients, RadiumOne ne faisant pas commerce de data (ni vente, ni achat). De plus, tout cela est possible dans tous les environnements, ce que les Filles de RadiumOne appellent « les points de contact d’une marque ». Comme quoi, quand des filles vous expliquent quelque chose, c’est souvent moins compliqué. On s’en doutait un peu.

 

 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi