Livre blanc FreeWheel Video Monetization 2015Q3
Partager l'article sur :

Voici le livre blanc Freewheel Video Monetization pour le 3ème trimestre de l’année 2015, téléchargeable chez FreeWheel.

La société FreeWheel vient de sortir son désormais classique rapport sur la consommation de contenus vidéos premium et de leur monétisation. Les principales tendances observées au cours des derniers trimestres se confirment, à savoir :

Freewheel Video Monetization : une croissance des volumes qui se confirme

Entre 2013 et 2014, le nombre de vidéos vues avait augmenté de 27%. Cette année, la croissance est encore forte (+28%). Pour le nombre de publicité, elle est identique (+28%) et régulière si on la compare à 2013 (+30%).

Le Live et les formats longs prennent le dessus

Si les formats longs continuent de connaître un franc succès (+30%) ce sont surtout les formats Live qui progressent de manière spectaculaire (+113%). Nous nous retrouvons par conséquent avec des habitudes de consommation de plus en plus semblables à celles que l’on rencontre en télévision.

Cette segmentation entre les différentes durées des formats est particulièrement intéressante quand on divise les contenus en plusieurs catégories. Quand les News (Flashs) et la Musique (Clips) plébiscitent les formats courts (76% et 89%), le Sport (Evénements) privilégie le live (63%) alors que les Loisirs (Films) et les contenus Jeunesse (Emissions) sont associés aux formats longs.

Remarque : les programmes vidéos sont segmentés selon la durée : les courts (- de 5’) dans lesquels on retrouve notamment les vidéos clips, les moyens (entre 5’ et 20’) qui par exemple regroupent les web séries et enfin les longs (+ de 20’) avec les séries télés ou encore les retransmissions Live.

FreeWheel Video Monetization

Une consommation identique à celle de la télévision

Ce parallèle avec le monde de la télévision est encore renforcé quand on analyse la répartition de consommation au cours d’une même journée. On se rend ainsi compte que les contenus liés aux divertissements sont majoritaires avec un pic (83%) en fin de journée et un creux en matinée (64%). Le pic des News se situe le matin quand celui des Sports est le soir.

La conclusion est que les habitudes et les timings de consommation des contenus vidéo sont identiques en ligne et en télévision.

Remarque : dans le rapport FreeWheel, les tranches horaires proposées sont les suivantes :

  • Graveyard (01h00-06h00)
  • Early Morning (06h00-10h00)
  • Daytime (10h00-16h00)
  • Early Fringe (16h00-19h00)
  • Primetime (19h00-23h00)
  • Late Night (23h00-01h00).

A titre de comparaison, les tranches publicitaires d’une régie comme TF1 sont :

  • Matin (03h00-12h15)
  • Midi (12h16-13h40)
  • Après-midi (13h41-18h59)
  • Access (19h00-20h19)
  • Primetime (20h20-21h59)
  • Nuit 1 (22h00-23h59)
  • Nuit 2 (00h00-02h59)

FreeWheel Video Monetization

Les publicités sont vues de plus en plus via OTT et VOD

Pour la première fois, les publicités liées à ces contenus vidéo se font quasiment pour moitié (48%) en dehors des ordinateurs, fixes ou portables. Les appareils mobiles (smartphones et tablettes) connaissent des croissances respectives de 67% et 42% pour peser au total 29%. La croissance la plus importante se fait via les OTT (Over the Top) avec +157% pour un poids relatif de 13%.

La VOD (Video on Demand) compte également de plus en plus puisque 6% des publicités sont vues via ce canal. Plus important encore, cette moyenne passe à 18% pour les acteurs qui disposent d’un produit de VOD. Autrement dit, quand un éditeur dispose d’un service de VOD, le nombre de publicités vues par ce biais est identique en moyenne à celles vues via les smartphones (19%).

Remarque : les OTT (Over the Top) correspondent essentiellement à des dispositifs connectés aux télévisions de type Apple TV (38%), Roku (31%), Consoles de jeux (20%) et Chromecast (9%).

FreeWheel Video Monetization

Des utilisateurs qui s’identifient

Selon le FreeWheel Video Monetization 2015Q3, 65% des publicités sont vues alors que les utilisateurs sont identifiés et loggés contre 46% sur la même période en 2014. Les potentiels de ciblage publicitaire s’étendent.

freewheel_video_4

La part du programmatique stagne

En 2013, la part du programmatique était de 6%, puis de 3,3% en 2014 et enfin de 5,5% en 2015. Dès lors, les deals en direct sont très largement majoritaires (91%).

freewheel_video_5


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi