« L’habillage : format branding par excellence » (Interview)
etude
Partager l'article sur :
  • 27
    Partages

« L’habillage : format branding par excellence » (Interview)

Interviewé* par CB News, Patrick Leclerc, Programmatic Account Director de Publicis Media témoigne au sujet de l’efficacité publicitaire de l’habillage dans le cadre de campagnes branding.

CBN_ Quels sont selon vous les principaux bénéfices de l’habillage pour les annonceurs ?

Patrick Leclerc_ L’habillage est pour moi le format branding par excellence. Il dispose de la surface d’expression la plus importante en superficie et la plus impactante pour les internautes. Il mixe par conséquent idéalement visibilité, performance et engagement aussi bien sur le display, la vidéo et les formats interactifs.

La dimension branding est par ailleurs encore plus forte sur le programmatique où il tire très clairement son épingle du jeu, ce qui ne nous empêche pas de l’intégrer de plus en plus souvent dans nos plans de performance.

CBN_ Justement, comment votre agence a-t-elle intégré ce format dans son mode d’achat ? 

Patrick Leclerc_ Chez Publicis Media l’habillage peut représenter selon les mois entre 15 et 20% de nos investissements. La raison pour laquelle il a pris autant de poids vient notamment du fait que Sublime Skinz en a fait un standard du marché en proposant une solution clé en main. L’étendue de
son réseau et la souplesse de leurs équipes, tant commerciales que techniques, nous simplifient la tâche au quotidien et nous permettent de l’inclure plus facilement dans nos recommandations.

CBN _ L’habillage peut-il être une vraie alternative aux formats display classiques?

Patrick Leclerc_ J’ai une vision très “programmatique” de la question. Ce qu’il va être intéressant de mesurer dans le temps c’est si la bascule va se faire des achats gré à gré directs vers le programmatique. Aujourd’hui je ne suis pas persuadé qu’elle aura lieu. En fait, c’est une alternative si on le met en face d’autres formats tels que l’expand ou le pushdown. Car même si les cpm sont plus élevés et qu’il peut y avoir des clics d’erreur, les clics
sont vingt fois plus importants et les taux de rebond sont quasiment équivalent à ceux que l’on constate en gré à gré.

CBN_ Qu’attendez-vous d’un acteur comme Sublime Skinz à l’avenir ? 

Patrick Leclerc_  Avant tout de continuer à innover car c’est grâce à cette démarche qu’ils portent aujourd’hui le marché. Nous avons par exemple été les premiers à tester leur format mobile M-Skinz, pour le compte d’Electrolux. Un format très prometteur que nous poussons de plus en plus
auprès des annonceurs.

CBN_ Quel pourrait être le frein au développement de l’habillage publicitaire ?

Patrick Leclerc_ La seule limite que je lui vois c’est le manque d’accompagnement. Or, c’est sur ce point précis que Sublime Skinz a débloqué le verrou. L’accompagnement n’est aujourd’hui plus un sujet. Sur desktop les annonceurs ont clairement assimilé les contraintes techniques du format, et la prochaine étape concerne le mobile où elles sont plus nombreuses.

*Interview parue dans le supplément CB News « Pub online, l’habillage en impose » en partenariat avec Sublime Skinz – avril 2017)


Partager l'article sur :
  • 27
    Partages
Vous aimerez aussi