L’Europe, plus gros consommateur de vidéos de sport sur mobiles au monde
Sport et Smartphone

L’Europe, plus gros consommateur de vidéos de sport sur mobiles au monde

Ooyala vient de dévoiler les résultats de son rapport Global Video Index du 3ème trimestre 2016 qui analyse entre autres les tendances de consommation de vidéos en ligne par plus de 220 millions de personnes dans le monde entier.

Ce rapport indique que les spectateurs européens regardent davantage de contenus sportifs en ligne via leurs appareils mobiles qu’ailleurs dans le monde. Il analyse également le comportement de visionnage des fans d’un club de football européen d’une année sur l’autre, en portant une attention particulière sur les jours suivant une victoire ou une défaite de l’équipe concernée. Grâce aux informations récoltées, les équipes de sport, les titulaires de droits et les diffuseurs peuvent mieux comprendre la façon d’optimiser l’engagement des fans et les recettes grâce à la vidéo, avant, pendant et après les matches.

Le Global Video Index révèle que le visionnage sur appareil mobile représente à présent plus de la moitié (52 %) des visionnages vidéos, et que les consommateurs regardent davantage de contenus de durée moyenne à longue quel que soit l’appareil ou la taille de l’écran. Le rapport présente également des tendances publicitaires pour les diffuseurs TV et les éditeurs en ligne, en abordant plus en détails la façon dont les entreprises peuvent aujourd’hui lutter contre le piratage des contenus 4k et de sport en direct, grâce aux données complémentaires d’Irdeto.

Gros plan sur le visionnage de sports en Europe

Le rapport donne une vue d’ensemble des tendances européennes en matière de visionnage de contenus sportifs sur appareils mobiles, comparées aux États-Unis et au reste du monde. Il y a un an, l’Irlande était encore le seul marché où la part du visionnage de vidéos de sport sur appareils mobiles dépassait les 50 %. Aujourd’hui, la norme à échelle mondiale est de 50 % ou plus.

Le Global Video Index du 3ème trimestre 2016 a analysé plus en détails les habitudes de visionnage en Grande-Bretagne, en se concentrant sur l’engagement des fans d’un club de football européen populaire sur une période de 45 jours chaque année. Le nombre moyen de visionnages par jour a augmenté de près de 70 % en 2016, et le nombre maximal de vues a plus que doublé.

Cette augmentation est plus notable lorsque l’équipe locale remporte un match. En effet, après une victoire, le club enregistre aujourd’hui une augmentation moyenne de près de 100% des visionnages en comparaison avec l’année dernière. De plus, après une victoire contre un club rival historique, les visionnages bondissent de plus de 230 %. Ce constat représente une opportunité unique pour les fournisseurs de publier davantage de contenus après une victoire, au moment où les fans se pressent pour voir les temps forts du match et les interviews des joueurs, afin d’optimiser l’engagement des fans et les recettes.

La mobilité est devenue la nouvelle norme

Plus de 52 % de tous les visionnages vidéo ont été effectués sur des appareils mobiles durant ce trimestre. Pour le second trimestre consécutif, les appareils mobiles représentent plus de la moitié de tous les visionnages en ligne. Depuis le 3ème trimestre 2013, le visionnage sur appareil mobile a augmenté de plus de 233 %, dépassant le taux croissant de pénétration d’appareils mobiles dans le monde entier, alors que les spectateurs passent plus de temps à regarder des vidéos sur le petit écran.

Les contenus de moyenne à longue durée explosent, quel que soit l’appareil utilisé

Le 3ème trimestre 2016 a été le premier à enregistrer une croissance sur tous les types d’écran de la consommation de vidéos de moyenne à longue durée, soit des contenus de plus de 5 minutes. Les consommateurs hésitent de moins en moins à regarder des contenus plus longs, même sur un écran plus petit. En effet, il apparaît que les utilisateurs de smartphones passent maintenant 48 % de leur temps sur leur téléphone à regarder des contenus de moyenne à longue durée, soit une croissance de 23 % par rapport à l’année dernière, alors que les spectateurs sur ordinateur y passent 57 %, soit une augmentation de 43 % par rapport à l’année précédente. Les téléspectateurs connectés sont les principaux consommateurs, et regardent des contenus de moyenne à longue durée dans 97 % des cas, une augmentation de 73 % depuis 2015.

Lutter contre le piratage pour les contenus 4K et de sport en direct

Le Global Video Index présente également le résultat des recherches effectuées par Irdeto, fournisseur de sécurité pour plateformes numériques, et SNL Kagan, cabinet d’analyse, sur la façon dont 500 fournisseurs de services de vidéos cherchent à lutter contre le piratage des contenus 4K et de sport en direct. Selon Irdeto, ces deux types de contenus, qui prévoient d’augmenter leurs coûts de 10 à 30% pour les chaînes payantes et pour les souscripteurs de services de VOD, compteront bientôt parmi les principales cibles de piratage. Les fournisseurs de services de vidéos interrogés lors de cette étude ont déclaré envisager d’utiliser plus d’une méthode pour lutter contre le piratage, notamment : l’analyse du piratage en ligne, les services de détection de piratage, la protection de contenus, le recours aux filigranes, le recours aux empreintes digitales pour lire des contenus, les services chargés des enquêtes et de l’application de la loi, et la surveillance du DarkNet. Il est intéressant de noter que c’est en Amérique et en Europe que l’analyse statistique du piratage est la plus systématique, contrairement à la région Asie-Pacifique où les fournisseurs et producteurs misent davantage sur les services de détection de piratage.

« L‘analyse des données est d’une importance cruciale pour les éditeurs et les groupes média, la télévision numérique permet une audience internationale et les stratégies media doivent le devenir aussi. Utiliser les systèmes d’analyses de données est, dans ce cadre, indispensable pour comprendre les différences de comportements d’une région à
l’autre. » selon Frédéric Dumeny, Directeur France et Europe du Sud chez Ooyala.

« On ne peut pas non plus ignorer l’explosion de l’usage sur les terminaux mobiles. Netflix vient d’annoncer que son contenu allait être disponible hors ligne sur ces appareils, ce qui vient confirmer à quel point notre usage est devenu mobile avant tout et donc rappeler l’importance primordiale pour les fournisseurs de contenus et les diffuseurs d’en tenir compte en permanence ».

Autres éléments marquants de l’indice vidéo pour le 3ème trimestre

Visionnage mobile en Europe

  • Tous visionnages confondus, les plus grands consommateurs de vidéos en ligne européens sont les Pays-Bas, la Belgique et l’Espagne. Étonnamment, ces trois pays dépassent la moyenne mondiale ainsi que le Royaume-Uni et l’Irlande, qui étaient les plus grands consommateurs de vidéos sur appareils mobiles au 3ème 2015.

Tendances publicitaires pour éditeurs / diffuseurs :

  • Impressions publicitaires pré-lecture (pre-roll)

– Les appareils mobiles ont été à l’origine de 44 % de toutes les impressions publicitaires pré-lecture, au même niveau que la part d’impressions sur ordinateurs et ordinateurs portables (44 %).

– Les éditeurs ont constaté des proportions légèrement différentes, les téléphones portables (27,5 %) et les tablettes (12,2 %) combinés représentant 39,7 % des impressions publicitaires, comparé aux 60,2 % des impressions publicitaires pour ordinateurs.

  • Impressions publicitaires en milieu de lecture (mid-roll)

– Les tablettes ont fourni près de 38 % des impressions publicitaires en milieu de lecture pour les diffuseurs au 3ème trimestre, plus du triple des impressions publicitaires sur smartphones (11,2 %).

– Les éditeurs, quant à eux, ont généré plus d’impressions publicitaires en milieu de lecture sur les ordinateurs (68 %) que sur les smartphones (30 %) ou sur les tablettes
(2 %).

 

Vous aimerez aussi