Les évolutions de la collecte de données, de l’analyse des logs jusqu’au server-side (2)
Partager l'article sur :

Page 2 /3

1997 : première utilisation de la méthode de récolte des données par tag JavaScript

Deux ans après la création du langage JavaScript (JS), les éditeurs de solution de digital analytics ont créé la méthode de récolte des données via l’utilisation de tag JavaScript.

Définition et présentation globale du fonctionnement des tags JavaScript

Un tag est un bout de code JavaScript.

Voici un exemple de tag de la solution Google Analytics :

exemple tag google analytics

Exemple de tag de la solution Google Analytics

Google Analytics a été pris en exemple car c’est la solution la plus répandue

Le tag des solutions digital analytics doit être inséré sur toutes les pages du site Web.

Le tag est exécuté par le navigateur au chargement de la page, il récolte des données sur le visiteur et sur sa visite : des informations concernant la page en cours de visualisation, le navigateur utilisé, la zone géographique, la résolution d’écran, etc. Il envoie ces données à un serveur distant, ou local dans de rares cas, suivant la solution de mesure d’audience utilisée.

La solution associe ensuite, dès réception, ces données à la bonne visite et au bon visiteur. Elle les stocke et les restitue enfin sous forme graphique à l’utilisateur en temps réel ou avec un délai maximum de 24h.

Schéma simplifié du fonctionnement de la récolte des données via les tags 

Cliquez pour agrandir l’image

recolte des donnees via tag javascript

Présentation détaillée du fonctionnement des tags JavaScript

Les tags de la majeure partie des solutions sont constitués de deux éléments :

  • L’initialisation des différentes variables et l’appel des fonctions
  • Une librairie JavaScript contenant l’ensemble des définitions des différentes fonctions appelées dans le tag pour obtenir et envoyer les données

Reprenons l’exemple du tag Google Analytics présenté plus haut :

exemple tag google analytics

Exemple de tag de la solution Google Analytics

Les lignes 1 et 10 correspondent à l’ouverture et à la fermeture de la balise JavaScript indiquant au navigateur que le code qui suivra devra être interprété comme du code JavaScript.

Les lignes 7 et 8 permettent respectivement de définir le numéro de la propriété Google Analytics (il existe en général une propriété par site Web) et d’envoyer l’information qu’une page a été vue. En complément de la page vue, Google Analytics enverra d’autres informations sur l’internaute et sa visite aux serveurs de Google Analytics (ex. : résolution d’écran, navigateur etc.).

Les lignes 2 à 5 permettent entres autres d’appeler la librairie JavaScript contenant les définitions de l’ensemble des fonctions disponibles.

Voici un extrait du contenu de la librairie JavaScript de Google Analytics :

librairie javascript google analytics

Extrait du contenu de la librairie JavaScript de Google Analytics

La définition de la fonction appelée plus haut est surlignée (voir la librairie JavaScript Google Analytics complète). Cette librairie, pour diminuer son poids (environ 25Ko) et donc son temps de chargement, a été volontairement minifiée (suppression des sauts de ligne, de l’indentation etc.) et obfusquée (remplacement du nom des variables par des lettres etc.) par Google. Elle est donc telle quelle difficilement lisible.

Si vous voulez la rendre plus lisible en supprimant la minification, vous pouvez utiliser par exemple le service en ligne jsbeautifier. Sur ce site, il vous suffit, de copier-coller le contenu de la librairie JavaScript puis de cliquer sur le bouton « Beautify JavaScript or HTML ».

Chez certains éditeurs comme Google, la librairie est commune à tous les utilisateurs de la solution et est hébergée sur les serveurs de l’éditeur. Dans la solution Adobe Analytics par exemple, la librairie est hébergée sur les serveurs de l’annonceur et peut donc être spécifique à chaque annonceur. Le choix entre hébergement local ou distant de la librairie, s’il est permis par la solution, dépend des besoins de l’annonceur.

Chaque solution de mesure d’audience dispose de son propre tag incluant sa propre librairie.

Le tag doit être placé en général juste au-dessus de la balise </body> ou de la balise </head>.

Les valeurs prises par chacune des variables inclues dans le tag sont généralement contextuelles. Elles peuvent dépendre de la page en cours de visite (la catégorie de contenu etc.), de la visite (niveau d’engagement etc.) ou du visiteur (sexe, âge etc.). La valeur de chaque variable et les données envoyées sont donc différentes d’une page à l’autre.

1/2/3

 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi