Les consommateurs de services OTT attendent de profonds changements en 2018 (étude Ooyala)
Vidéonautes
Partager l'article sur :
  • 1
    Partage

Les consommateurs de services OTT attendent de profonds changements en 2018 (étude Ooyala)

L’étude State of the Broadcast Industry 2018 d’Ooyala qui dresse un état des lieux des défis auxquels sont confrontés les créateurs et distributeurs de contenus vidéo révèle l’existence d’une frustration chez les consommateurs qui demandent des contenus à regarder sur tous les appareils dont ils disposent et qui ont, au final, l’embarras du choix.

En Amérique du Nord où plus de 200 services OTT sont proposés aux téléspectateurs, 49 % d’entre eux disent ne plus savoir que choisir parmi les trop nombreux programmes existants.* Au milieu de cette surabondance, les membres de la génération Y ne se déclarent pas entièrement satisfaits de leurs services OTT actuels (source : Morning Consult). Selon Ooyala, cette frustration des consommateurs devrait inciter les services OTT à s’améliorer avec une simplification de l’authentification, une meilleure gestion des contenus, plus de personnalisation, et une facilité accrue de recherche et de découverte.

En parallèle, les usages mobiles vont continuer d’exploser : la vidéo devrait représenter 75% du trafic de données mobiles d’ici à 2022 (source : Ericsson).

« La télévision va continuer d’évoluer vers plus de personnalisation et une expérience individualisée », commente Frédéric Dumeny, VP Clients Strategy & Business Development d’Ooyala en zone EMEA. « Alors qu’autrefois toute la famille s’asseyait devant le téléviseur pour regarder son émission favorite, les téléspectateurs se tournent désormais vers les services online pour bénéficier d’une bien plus grande personnalisation, avec bientôt des fonctionnalités supplémentaires telles que la réalité virtuelle ou augmentée. »

L’étude d’Ooyala identifie plusieurs priorités pour les distributeurs de contenus cherchant à étendre et conserver leur part de marché :

  • L’expérimentation de nouveaux formats (ex : vidéo verticale ou contenus spécifiques mobiles) afin d’optimiser le visionnage de programmes TV sur tous les écrans.
  • Les réseaux sociaux tels que Facebook (avec des investissements dans les contenus estimés à 1Md$ l’an prochain), Twitter et Snapchat qui investissent masivement dans les formats streaming longs et courts.
  • Les bouquets et mini-bouquets de chaînes (skinny bundles) gagnent du terrain et les distributeurs compteront en fin d’année plus de trois millions d’abonnés aux Etats-Unis pour ces offres (source : comScore). Il faut s’attendre à plus d’expériences de ce type en 2018.
  • La TV linéaire via technologie IP : les chaînes de TV classiques (hertziennes ou câblées) passent toutes à la technologie IP, mettant l’accent sur les métadonnées qui peuvent mener à des avancées cruciales dans tous les domaines de la diffusion vidéo (ex : standard de TV numérique ATSC 3.0). Cette prise en compte des données jouera un rôle déterminant pour le succès du secteur TV au cours des cinq prochaines années.
  • Les contenus originaux : les créateurs de contenus augmentent constamment leurs budgets pour attirer les consommateurs en combinant des contenus originaux et des exclusivités. En conséquence, les diffuseurs vont se montrer moins patients vis-à-vis des chiffres d’audience et pourraient être plus prompts à déprogrammer des émissions, c’est pourquoi il faut s’attendre à des bouleversements dans les grilles en 2018. Les créateurs de contenus rechercheront également de nouvelles sources de revenus (abonnements, publicité, produits dérivés, etc.).

Les services OTT entrent donc dans une année charnière. L’audience en ligne des événements marquants de 2018, tels que les Jeux olympiques d’hiver, la Coupe du Monde de football ou le mariage royal au Royaume-Uni, devraient faire « exploser » Internet. Cette année, le succès pourrait venir d’acteurs du secteur qui séduiront les consommateurs avec des innovations en matière de découverte et de diffusion des contenus, financées par de nouvelles méthodes de monétisation.

L’étude complète est disponible ici.

*d’après Hub Entertainment


Partager l'article sur :
  • 1
    Partage
Vous aimerez aussi