Le véganisme et son impact sur les comportements d’achat en France (étude OpinionWay et 3W.relevanC)
3W.relevanC et OpinionWay
Partager l'article sur :
  • 9
    Partages

Le véganisme et son impact sur les comportements d’achat en France (étude OpinionWay et 3W.relevanC)

3W.relevanC et OpinionWay s’associent pour rendre compte du phénomène du véganisme (mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation) et de ses effets sur les modes de consommation en France à travers une nouvelle étude*.

Une poputation végane minoritaire mais très active

Les végans représentent 1% de la population en France, cependant cette minorité est très active aussi bien sur le web, notamment sur les réseaux sociaux où ils échangent leur conseils et défendent leur cause, que dans la vraie vie. Leur discours fait d’ailleurs d’ores et déjà évoluer l’opinion des Français sur l’alimentation, les cosmétiques et la mode.

De plus en plus de Français déclarent ainsi qu’ils pourraient devenir végans. En 1 an seulement, le taux de flexitariens (personnes qui, sans y renoncer, réduisent leur consommation de viande et de poisson) a progressé de 5 points, passant de 23 à 28% des Français. Cette hausse est à imputer à plusieurs facteurs : une sensibilité particulière pour les discours véganes, une recherche de qualité de la viande (consommer moins mais mieux), une recherche de consommation saine ou encore le souci de l’environnement.

Les 4 types d’acheteurs d’un marché en plein essor

Désormais, les produits 100% végétal fleurissent dans les grandes et moyennes surfaces alimentaires pour répondre aux besoins des flexitariens.

En plein essor (+40% en valeur en un an), le marché « veggie » séduit une majorité de foyers puisque 60% d’entre eux ont acheté un produit veggie au cours des 12 derniers mois.

Parmi les consommateurs réguliers (plus d’un panier sur 3 avec un produit veggie) et représentant 5% des foyers se dégagent 4 différents types d’acheteurs qui ont néanmoins un point commun : le bio est un critère majeur dans le choix de leurs produits.

  • Les « Family quality seekers » : Familles aisées vivant majoritairement en province. Ils continuent à consommer de la viande mais en achètent moins et privilégient dans leurs achats alimentaires la qualité à la quantité.
  • Les « Healthy elders » : Plus âgés (55 ans et plus), vivant en province, ils sont avant tout en quête d’une alimentation saine. Acheteurs très réguliers de produits veggie (70% de leurs paniers contiennent au moins un produit veggie), ce sont des adeptes des produits diététiques et detox en tout genre.
  • Les « Young Veggie Oriented » : Foyers jeunes (-35 ans), sans enfant, plutôt parisiens, ils ont fait le choix de réduire leur consommation de viande et accordent beaucoup d’importance à leur hygiène alimentaire. Plus smoothies que sodas, ils sont prêts à faire des sacrifices pour s’offrir des produits en phase avec leur mode de vie.
  • Les « Veggie engaged » : Jeunes, célibataires et également parisiens, ils se rapprochent le plus des vegans. Leur panier reflète un choix de vie qui limite autant que possible les produits issus des animaux. Les produits « veggie » pèsent pour près de 20% de leurs dépenses en hyper/super.

Le marché veggie constitue aujourd’hui une véritable opportunité pour les marques : de recruter de nouveaux acheteurs auprès de jeunes très appétents à ces produits, de fidéliser une partie de leur clientèle, d’augmenter le panier d’achats de consommateurs qui lésinent peu sur la dépense lorsqu’il s’agit de produits en phase avec leurs modes de consommation.

Adrien Vincent, DG 3W.relevanC : « Grâce à ses 30 millions de profils activables, 3W.relevanC permet aux marques d’aborder sur le digital ces consommateurs « veggie friendly », et de mesurer l’efficacité de leurs campagnes sur les ventes en magasin ».

Philippe Le Magueresse, DGA OpinionWay : « Pour comprendre les phénomènes complexes comme le véganisme, OpinionWay étend les sources de données pour aider ses clients à mieux saisir ces phénomènes afin de pouvoir prendre les bonnes décisions pour leurs marques. »

Pour obtenir l’étude complète, contacter Delphine Michaut, Directrice de Clientèle Marketing chez OpinionWay à l’adresse suivante : dmichaut@opinion-way.com

* L’étude repose sur l’analyse de différents sources de données : conversations sur les réseaux sociaux (web listening), enquête online réalisée auprès d’un échantillon représentatif composé de 2004 Français, et tickets de caisse des détenteurs de cartes des enseignes du Groupe Casino (Géant, Casino, Franprix, Monoprix). 

 


Partager l'article sur :
  • 9
    Partages
Vous aimerez aussi