La vidéo programmatique, le paradis du branding décrypté par StickyADS.tv
Partager l'article sur :

Les années 2010 voient l’avènement d’une toute nouvelle façon de communiquer sur Internet : la publicité vidéo. Avec la catch-up, des chaînes TV comme M6 ou TF1 ont ouvert la voie quelques années auparavant de ce qui est maintenant devenu une évidence pour les marques : une bonne campagne TV se prolonge naturellement sur la toile. Ce phénomène que nous connaissons sous le nom de publicité vidéo en ligne est à présent le segment  publicitaire le plus dynamique du web. Mais pourquoi ?

3 raisons principales :

– l’essor des nouveaux usages liés aux nouveaux écrans a pour conséquence que la télévision ne permet plus de bien toucher les cibles convoitées comme les jeunes et les CSP+. Le visionnage de vidéo en ligne atteint maintenant près de 10M  de français chaque jour  selon Mediametrie/Netratings (source France Novembre 2013).

– le pouvoir émotionnel de la vidéo par rapport à la bannière display, est simplement incomparable en termes d’impact. En témoignent les résultats d’une étude IPSOS/StickyADS.tv réalisée pour un annonceur auto fin 2013 : le score d’un spot de publicité diffusé simultanément en TV et sur Internet a été 3x supérieur au score de notoriété top of mind de l’audience exposée seulement au spot en TV.

– les possibilités d’interaction avec la marque sont très nombreuses puisque les créations interactives permettent maintenant à l’internaute de jouer avec le spot vidéo, de demander à être rappelé par un conseiller, de demander un essai auto voire même de partager la publicité sur son mur Facebook et générer des vues ‘bonus’ (earned media) pour l’annonceur.

En bref, la publicité vidéo sous toutes ses déclinaisons (preroll, midroll ou postroll dans le flux –aussi appelé instream)  permet au digital d’entrer dans le territoire sacré des marques, celui du branding, de la notoriété, de l’image ; un territoire jusque la réservé au media roi –la télévision.

Maîtriser un univers aux enjeux multiples

Où diffuser ? Quelle création ? Avec quels objectifs ? Quelles métriques ? Quels pièges éviter ? Pour les équipes marketing des marques les enjeux sont très complexes. Mais alors comment bien réussir sa campagne vidéo ?

Très simplement en utilisant des outils technologiques pour optimiser tous les paramètres du trading média vidéo.

Aujourd’hui les adexchanges, appelés aussi trading media automatisé ou programmatique, sont  devenus la réponse logique à un univers digital devenu très complexe mais porteur de promesses à forte valeur : cibler son audience impression par impression (publicitaire), ajuster sa création vidéo en fonction de son taux de visibilité mesuré, choisir URL par URL où la publicité est diffusée et pour finir acheter au meilleur prix les meilleurs espaces publicitaires.

L’ABC du trading media programmatique : à savoir avant d’acheter

Imaginez le marché de Rungis dans les années 70, un marché de gros où les professionnels trouvent de tout, mais pas d’outil pour garantir l’efficacité de l’achat et de la vente : c’est la criée…

Aussi curieux cela puisse paraître, la criée est resté longtemps le moyen « normal » d’acheter l’espace sur les médias digitaux depuis la fin des années 90. Les adexhanges en induisant une transparence entre la demande et l’offre ont littéralement bouleversé le marché.

La demande, ce sont les annonceurs qui veulent acheter les meilleurs espaces publicitaires, via leur agence media et/ou via un ou des trading desks, des sociétés spécialisées dans l’achat programmatique. Cet écosystème défend les intérêts des acheteurs d’espaces publicitaires.

L’offre vidéo, c’est la somme des espaces publicitaires disponibles à la vente. On y retrouve des contenus vidéo produits par des chaînes TV ou des sites media nationaux (comme la presse) ou encore des portails internationaux généralistes (MSN ou Yahoo) ou spécialisés en vidéo (Youtube ou Dailymotion). Cette offre est disponible dans des adexchanges (ou places de marché) qui regroupent les contenus selon leur qualités  (de production TV ou  amateurs –User Generated Content), les types d’espaces publicitaires (dans le flux ou intream –le preroll, hors du flux ou outstream –la bannière vidéo). Cet écosystème défend les intérêts des vendeurs d’espaces publicitaires.

Pour savoir comment réussir sa campagne vidéo dans un contexte de rareté et acheter son média vidéo au meilleur prix, lire la suite sur le blog de StickyADS.tv.

Facebook Comments

Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi