Dans les médias digitaux, nous sommes tous pareils: itw de Ciaran O’Kane CEO d’ExchangeWire (première partie)
ATS Paris 2019
Partager l'article sur :
  • 1
    Partage

Dans les médias digitaux, nous sommes tous pareils: itw de Ciaran O’Kane CEO d’ExchangeWire (première partie)

Ats Paris Ciaran O'Kane CEO

« Cela fait plus de dix ans qu’ExchangeWire organise de « vrais » événements européens. Tous nos événements sont majoritairement conduits dans la langue natale du pays qui les accueille : français, espagnol, suédois ou allemand. »

Voici les principaux points dont vous aurez l’occasion de discuter à l’ATS Paris 2019.

La résolution du problème de l’identité aidera les 20% à reprendre le dessus

Ce n’est un secret pour personne que Facebook est en train de démolir les éditeurs de journaux et les compagnies de médias digitaux français. Facebook ne contrôle pas seulement le segment direct-to-consumer, mais il capture également une énorme partie des budgets d’agence. C’est un remarquable adversaire.

Comme Google, il possède une faiblesse évidente : son manque de contenu premium. Facebook n’est pas premium – et ne le sera jamais. De fait, si les éditeurs peuvent régler le problème de l’identité, les 20% s’épanouiront.

L’un des points-clés de l’agenda de l’ATS Paris 2019 est le sujet de l’identité. On a pu observer d’intéressants développements autour d’initiatives d’éditeurs sur les données telles que The Ozone Project au Royaume-Uni et l’Alliance Gravity en France. Nous aurons avec nous sur scène Fabien Magalon pour en discuter plus en détails.

Nous aborderons également la question des initiatives d’authentification universelle locale, comme celle proposée par le groupement d’éditeurs GESTE. Je pense qu’il est inévitable que les éditeurs premium doivent se diriger dans cette direction. Les paywalls vont échouer de manière universelle car la clientèle internet est en train d’atteindre son nombre limite d’abonnements. Marchander les données contre l’accès gratuit va devenir la norme. Si les éditeurs premium pouvaient mettre cela en oeuvre, ça leur permettrait d’entamer la part de marché disproportionnée du duopole.

Nous nous devons, en tant qu’industrie, d’être conscients de la notion de vie privée, et nous assurer que nous construisons des solutions en accord avec le RGPD et qui s’articulent autour de l’utilisateur. À l’ATS Paris cette année, nous examinerons également la gestion et l’activation des données primaires – et comment les éditeurs et les marques peuvent mettre à profit le meilleur de l’AdTech afin de créer un type de ciblage axé à la fois sur la protection de la vie privée et la compétition avec les plateformes américaines.

Les guerres de couche service

Les gestionnaires veulent désespérément le commerce de la clientèle des agences. De même, les agences veulent pouvoir facturer les frais de gestion exorbitants qu’appliquent les cabinets-conseils. Aucun ne semble très bien savoir ce que sont leurs principales compétences à l’heure actuelle.

Cette situation a laissé un vide, duquel un tout nouveau type de compagnie de couche service peut émerger. De nouveaux acteurs se concentrent sur l’exécution. D’autres développent un business florissant dans la gestion de données et l’activation.

On observe l’émergence intéressante de fournisseurs de services cherchant à aider les marques à s’optimiser pour les plateformes transactionnelles comme Amazon, Alibaba et Shopify. Cette nouvelle couche service est actuellement un terrain d’innovation fascinant.

Cette année à l’ATS Paris, nous accueillerons un panel qui discutera d’où trouver les opportunités.

  • Les holdings réémergeront-ils avec un modèle renouvelé pour l’ère digitale ?
  • Ou bien verrons-nous apparaître un millier de spécialistes dans la couche service ?

Lire la suite


Partager l'article sur :
  • 1
    Partage
Vous aimerez aussi