Coup de gueule : le Père Noël se mêle à la discussion du RGPD
pere noel
Partager l'article sur :
  • 4
    Partages

Coup de gueule : le Père Noël se mêle à la discussion du RGPD

Vous profitez d’un peu de calme ce dimanche après-midi pour vous avancer dans votre travail parce que vous êtes un élève consciencieux. Vous décidez donc de faire quelques recherches en vue d’effectuer des cadeaux de Noël et vous utilisez pour cela votre ordinateur portable dont l’écran reste, quoi qu’on en dise, nettement plus grand que celui de votre téléphone.

Vous visitez différents sites, cliquez sur les liens relatifs aux différentes consoles de jeux pour finalement en conclure que déjà, c’est tout de même pas donné, et que de toute façon, celle que votre enfant souhaiterait deviendrait probablement rapidement obsolète. Vous refermez votre ordinateur avec le sentiment du devoir pas complètement accompli.

Le soir même, votre adolescent préféré se met également à utiliser le fameux portable pour travailler sur son exposé. Il surfe et voilà que son coeur se met à battre la chamade. Point né de la dernière pluie, il comprend aisément que les différentes publicités pour sa console préférée qui se mettent à clignoter de toute part ne débarquent pas sur son forum de jeuxvideo.com par hasard. Il jubile, se remet au travail avec joie. Il obtiendra d’ailleurs un 18/20. Le jour de Noël arrive, le 25 cette année, il ouvre son paquet et découvre alors Le Livre Guinness des Records, ouvrage que vous dévoriez chaque année du temps de votre splendeur.

Kevin s’effondre, le malentendu est complet, vous mettez cela sur le compte des hormones et demandez à l’assistance si personne ne voudrait déguster un autre de ces fameux cookies.

Combien de drames familiaux pourraient-être évités au moment des fêtes si la nouvelle régulation sur les cookies était adoptée ? Probablement aucun puisque la majorité des utilisateurs ne feraient pas la différence quand ils seraient amenés à accepter les nouvelles contraintes. Mais ne nous y trompons pas, si la Laponie cherchait à durcir un peu plus la réglementation, nous ne serions chez Ratecard qu’à moitié…

Frédéric Sadarnac


Partager l'article sur :
  • 4
    Partages
Vous aimerez aussi