C’est pas juste!
Partager l'article sur :

Tribune C’est pas juste!

Alors que Maxime s’en allait vaquer à ses occupations, nous nous posâmes alors la question suivante : à force de se donner le bâton de berger pour se faire battre, le digital peut-il être vraiment surpris que les annonceurs en aient assez de se faire tondre ? Quand on y réfléchit un peu, on se dit tout de même que la situation n’est pas très équitable entre le digital et les autres médias, à la limite du réglementaire même. Prenons l’exemple de Roger, fringant cadre chez Manufrance il y a quelques années. Il arrivait chez lui un peu tard, expliquait qu’une réunion avait un peu duré mais que bon c’est la vie et tout se passait bien à la maison. De nos jours, à cause du digital, Mathis rencontre des problèmes quelques peu différents avec Jade qui saura que son iPhone aura pointé au Balto et que Lola aura posté une photo de sa soirée au Macumba.

Côté visibilité publicitaire, nous retrouvons schématiquement les mêmes décalages. Nous avons avec Maxime bien compris le fonctionnement et les exigences liés au digital, mais qu’en est-il des autres médias. Voici un rapide tour d’horizon :

TÉLÉVISION

Nous parlons du fameux système Mediamat qui depuis 2012 est, rapport à l’explosion du nombre de chaînes télé, carrément passé de 3200 à 5000 foyers, soit tout de même maintenant plus de 11 600 individus de plus de 4 ans et plus. Chacun est équipé d’un boîtier, et «bip » je regarde la télé, « re-bip » je ne la regarde plus. On comprend alors rapidement comment on obtient des résultats aussi précis que ceux des sondeurs politiques qui annoncent fermement qu’avec leur échantillon la marge d’incertitude est inférieure à 1% mais qui ne voient pas le problème quand le résultat final montre une erreur supérieure à 5%…
Et comme la mauvaise foi nous habite tel un cousin pique-assiette qui se serait installé dans votre maison de vacances, nous allons simplement pointer du doigt quelques détails qui, s’ils existaient dans le digital, seraient considérés comme des scandales absolus :

  • Jean-Laurent, non désolé mais tu regardes les pubs et tu iras faire pipi quand le match reprendra. On imagine que depuis tout ce temps, les données sont désormais réajustées en fonction du volume d’eau consommé grâce aux compteurs intelligents
  • Roméo, quand tu es au téléphone en même temps que tu chattes sur ta tablette alors que tu regardes les prix Nobel à Las Vegas, tu n’oublieras pas d’appuyer sur le bouton du monsieur, sinon privé de console
  • Brigitte, quand vous regardez une publicité à la télévision, faut rester concentrée du début à la fin parce que sinon c’est pas juste pour les sondeurs

En conclusion, demandons-nous si les audiences TV ne correspondent pas un peu trop aux chiffres des organisateurs de la manifestation et pas assez à ceux de la police.

RADIO

« Allo, Roger, on s’était dit que de vous appeler à l’heure de l’apéro était probablement la meilleure façon de vous contacter alors on voulait savoir si vous avez écouté Moscato aujourd’hui, hier aussi tant qu’on y est et puis France Musique par la même occasion. ». Voilà en résumé et en toute mauvaise foi bien évidemment le quotidien des sondeurs qui appellent donc en moyenne tout de même 400 personnes par jour entre 17h30 et 21h00 exclusivement pour leur demander ce qu’ils ont écouté au cours des dernières 24h et en bonus pendant les 24h précédentes aussi, même si ces chiffres seront quand même nuancés. L’enquête s’appelle 126 000 Radio parce que oui, ce ne sont pas les mêmes 400 personnes qui sont contactées tous les jours. Déontologie. On procède par vague, deux de 33 000 et deux de 30 000. On est cette fois-ci sur du 13 ans et plus parce que c’est plus simple, et oui, vu qu’en juillet et août les gens ne sont pas au même endroit rapport aux vacances, et bien on organise une autre enquête auprès de 13 500 autres personnes. Tous les trois mois, on obtient donc des résultats et tout le monde est plus ou moins content.

Par respect pour les Grosses Têtes, on évitera par principe cette fois-ci de commenter ou de comparer avec le digital même si bien évidemment personne ne zappe les pubs histoire d’écouter France Info quelques minutes.
On pourrait embrayer avec la presse et sa fameuse « avez-vous lu, parcouru ou consulté ce journal au cours des 12 derniers mois ?» mais nous allons simplement vous proposer les conclusions suivantes :

  • Dans une famille, c’est normalement le grand frère ou la grande soeur qui essuie les plâtres. Le petit dernier peut rentrer à point d’heure et on n’en fait pas un foin. Internet est le plus jeune dans notre histoire et ne déroge pas à la règle
  • Si vous êtes paneliste Radio ou TV, contactez-nous. Racontez-nous votre histoire, votre sélection, le pourquoi du comment ça fonctionne, comment vous avez vécu le jour où vous n’avez pas avoué avoir écouté la spéciale de Brigitte Lahaye sur « mon amant a des boutons partout », etc…
  • Pour éviter tout malentendu, nous sommes chez Ratecard pour la transparence et pas uniquement pour les flashs et autres pixels. L’exigence est une valeur que nous prônons.

Appliquons là à tous, tout simplement

 

Facebook Comments

Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi