Après l’adBlocker, l’adStealer…
adblockers et adstealers
Partager l'article sur :
  • 4
    Partages

 

Après l’AdBlocker, l’AdStealer…

Alors que la sphère de la publicité digitale est plus que jamais confrontée au phénomène des adblockers et oeuvre dans le but de le contourner, voilà qu’il lui faudra désormais également faire face à l’apparition des adstealers, nouvelle tendance néfaste au secteur présentée par Marteen Samson, PDG de Le Même en Mieux.

Selon le professionnel, cette pratique consiste à « ajouter une option malware aux extensions du navigateur » représentée par quelques lignes de code qui en s’éxécutant vont forcer l’affichage d’une publicité.

Marteen Samson a identifié deux différents types de techniques :

  • L’AdStealer

Il consiste à positionner des bannières au dessus des emplacements publicitaires qui existent déjà sur le site, autrement dit à remplacer l’affichage d’une publicité par un autre.

  • L’AdSpreader

Il ajoute des emplacements publicitaires supplémentaires sur le site pour y diffuser une bannière.

Notons qu’à l’inverse des adblockers qui sont sollicités par les internautes afin de contrer des publicités qu’ils jugent trop intrusives, ici il s’agit bien de tromperies qui seraient réalisées par des entreprises du marché dans le but de gagner de la visibilité de manière illégitime. Un point d’autant plus inquiétant que les adstealers et adspreaders sont difficilement détectables.

« Google Chrome a réagi depuis longtemps en expulsant les extensions dénoncées par ses utilisateurs. Mais pour les dénoncer il faut les reconnaître, or cela est impossible à moins de connaître les publicités normalement affichées ».

Dans le contexte actuel, ces tendances risquent fort d’amplifier la perte financière prévue cette année pour le secteur de la publicité digitale. Celle-ci est estimée à 22 milliards de dollars uniquement pour les adblockers.

Retrouvez l’intégralité de l’article

 


Partager l'article sur :
  • 4
    Partages
Vous aimerez aussi