Amendement de la loi Sapin, fausse bonne idée?
Partager l'article sur :

L’amendement de la loi Sapin datant de mi-janvier 2015, aurait un impact néfaste sur les agences de publicité en ligne selon Stéphane Bellec, directeur du pôle IT chez FARGO Communication. En effet, il dénonce dans un article la réduction des marges pour les agences de publicités concernant la rémunération à la performance et surtout les opportunités que cette loi représente pour les régies étrangères.

La modification de l’article 20 de la loi Sapin, par l’ajout des termes « sur quelque support que ce soit » concerne désormais toute l’activité numérique française.

Tout achat d’espace publicitaire, sur quelque support que ce soit, ou de prestation ayant pour objet l’édition d’imprimés publicitaires ne peut être réalisé par un intermédiaire que pour le compte d’un annonceur et dans le cadre d’un contrat écrit de mandat.

Les acteurs qui sont spécialisée dans la transformation d’espaces publicitaires (trading desks, plateforme programmatique…) sont donc directement menacés par cet amendement.

De plus, pour Stéphane Bellec, cette transparence obligatoire prônée par la loi Sapin permettrait à des régies étrangères d’avoir accès à des renseignements stratégiques qui pourraient être exploités par des agences off-shore. Cela leur permettrait de contourner l’interdiction du statut « agence ET régie à la fois ».

La transparence doit s’effectuer à un tout autre niveau que celui dicté par la loi Sapin. Il est nécessaire de pouvoir constater la performance réalisée grâce au travail de transformation qui est mené dans le but d’optimiser les dépenses et les résultats des campagnes de l’annonceur.

Retrouvez l’article de Stéphane Bellec «Rémunération « à » la performance : chronique d’une mort annoncée » sur le site de l’agence Fargo. 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi