E-Marketing Paris 2013 : l’université de la publicité digitale (Mercredi 30 Janvier)
Partager l'article sur :

Mercredi 30 janvier 2013

Nouvelles recommandations IAB sur les formats publicitaires web 
Avec Adtech, Microsoft, Piximedia, TF1, Weborama, Yahoo! et l'ARPP

L'ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) était de la partie et a rappelé les fondements déontologiques de la communication publicitaire : loyauté (pas de publicité mensongère), identification (savoir qui communique), protection du jeune public, respect de la personne humaine. 
Concernant les formats, 6 nouveautés, appelées Rising Stars, nous arrivent tout droit des Etats-Unis et commencent à faire leurs preuves en France (en savoir plus : Rising Stars Display Ad Units)  : 

Le Filmstrip
Le Sidekick
Le Footer
Le Billboard
Le Portrait
Le Slider

Adtech, Microsoft, Piximedia, TF1, Weborama et Yahoo ! les ont adoptés et ont partagé avec nous des résultats encourageants. A titre d'exemple, le Filmstrip connaît un taux d'interaction 5 fois supérieur à celui d'un 300×600, le Sidekick a multiplié par 11 le nombre de clics et le Billboard possède un temps de visionnage moyen de 1min27.

Choses dites : 

– Les recommandations IAB ont pour objectif de rendre l'expérience utilisateur la plus fluide possible. 
– Définition d'un format : dimension, technologie, interaction, contrôle. 
– Il faut harmoniser l'expérience utilisateur via la prise de contrôle des formats publicitaires (son, durée…) et leur capacité d'interaction. 
– Le mobile et les formats in-stream vont constituer les chantiers IAB des mois à venir.

Melty : Réinventer le média avec la data 
Keynote de Alexandre Malsch, co-fondateur et DG de Meltynetwork 

Où l'on apprend comment le contenu éditorial est construit en fonction des thématiques qui parlent aux jeunes (thématiques identifiées via la technologie de Melty) et est monétisé à 100% par la publicité. Le tout chapeauté depuis 10 ans par le jeune Alexandre Malsch (qui a aujourd'hui… 27 ans) et une équipe non moins jeune… ce qui nous a cruellement renvoyés à nos problèmes de rhumatisme (enfin disons 90% de la salle). Pour jeter un œil : www.melty.fr.

– L'idée fondatrice de Melty est de cibler les jeunes, public volatil par excellence. Il faut connaître leurs centres d'intérêt. 
– Melty a mis en place une bourse de mots-clés en temps réel permettant de définir les centres d'intérêt des lecteurs et de produire son contenu en fonction. 
– Le mobile représente 35% de l'audience de Melty et 15% du CA. Alors que les campagnes mobile Melty n'existent que depuis 1 an. 
– L'inventaire de Melty ne peut être bien vendu que par Melty. Du coup, aller sur les adex ne fait pas sens pour nous. 

YouTube : vers un nouveau GRP  
Keynote de Damien Viel, Head of YouTube and Google video solutions SEEMEA. 

Où l'on apprend que la puissance n'est plus l'apanage de la TV classique. Enfin, plus vraiment. Et pour mesurer tout cela, Google lance en France la mesure Single Source Panel avec Médiamétrie.

– YouTube en chiffres : 40 pays, 54 langues, 30 000 partenaires, 4 milliards vues/jour, 4 milliards vidéos/mois. 
– L'usage du multi-écrans se fait en simultané, en complément ou en substitution. Ce qui change l'impact de la pub TV classique. 
– 78% du temps passé devant la TV se fait avec un autre device dans les mains. D. Viel 
– Un bon usage de la totalité des écrans est un potentiel incroyable pour un annonceur. Il faut oublier le GRP classique. 
– Quand les 4 écrans sont utilisés dans une campagne, l'efficacité publicitaire s'accroît de 25%. 
– Le single source panel donne une vraie mesure du reach additionnel à l'annonceur. Et lui permet de revoir ses arbitrages. 
– Le Web permet de rééquilibrer la couverture sur les faiblement exposés TV. La fréquence d'exposition online est constante. 
– When consumers choose, advertisers win. Il faut laisser le choix de regarder ou non une pub à l'utilisateur. 

A propos d'E-Marketing Paris

E-Marketing Paris est le rendez-vous annuel des professionnels du marketing digital. Pendant 2 jours, les 15 000 visiteurs du salon viennent découvrir les solutions présentées par les 200 exposants, identifier les dernières innovations marketing du marché et s’inspirer des stratégies des grandes marques au travers d’un cycle de conférences réunissant des intervenants parmi les plus prestigieux du secteur. E-Marketing Paris est organisé par la société E- Business (filiale du groupe Comexposium) qui gère également les salons E-Commerce Paris et E-Commerce One to One.

En savoir plus : www.emarketingparis.com

Pour savoir ce qui s'est passé la veille : E-Marketing Paris 2013 : l'université de la publicité digitale (Mardi 29 Janvier)

 

Facebook Comments

Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi