Accord entre Facebook et Yahoo! : p’t’être bien qu’oui, p’t’être bien qu’non, ou la confusion entre rumeur et information
Partager l'article sur :

En ce début de semaine, il faut l'avouer, on ne sait plus à quel saint se vouer en matière d'actualité digitale. Tambours et trompettes ont accompagné l'annonce, pas vraiment officielle, d'un rapprochement entre deux géants du web, Yahoo! et Facebook, à propos de la création d'un moteur de recherche commun.

L'information est partie du Sunday Telegraph (à lire ici) et s'est propagée à la vitesse de l'éclair sur la toile française, à grands coups de tweets et d'articles divers et variés. Quand on sait que les deux entreprises sont déjà liées à Microsoft – l'une utilise Bing pour alimenter ses résultats de recherche, et l'autre voit ses données Open Graph intégrées dans les résultats – l'imagination fertile de nos têtes marketeuses a pu s'en donner à cœur joie : et si les trois passaient un réel accord ? Et si Yahoo! abandonnait Bing ? Et si Google ripostait ? 

Oui mais voilà. Facebook vient de démentir officiellement cette information (à lire ici). Non que ce soit inenvisageable, mais rien n'est fait. Et c'est bien le problème avec ces merveilleux outils que sont les réseaux sociaux : la moindre rumeur est répétée et amplifiée… au risque de passer pour parole d'évangile. Ceci dit, comme il y a toujours un fond de vérité dans les rumeurs : wait and see.


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi

Ratecard Days