2016, année du Native Advertising grâce à l’adblocking
native advertising

 

Justin Choi, fondateur et PDG de Nativo, a récemment présenté sa vision des tendances 2016 pour le Native Advertising, qui selon lui a connu une popularité croissante grâce à l’épineux sujet de l’adblocking et à la remise en question de la qualité des publicités :

L’expérience utilisateur : une nouvelle prise de conscience

Le native a commencé à prendre toute son ampleur en milieu d’année 2015 grâce au développement de beaucoup d’autres tendances digitales, quel qu’en soit leur type : notamment de la fraude en passant par la visibilité à l’adblocking. Les annonceurs ont désormais commencé à employer les mots d’« expérience utilisateur » et ont réellement pris conscience de l’importance de diffuser des publicités moins intrusives et plus engageantes.

Selon Justin Choi, face à ces obstables, en particulier les adblockers, aucune des solutions de contournement ne peut devenir viable si la qualité de l’expérience offerte est moindre.

Si le native devient également une forme intrusive de publicité […] et offre une mauvaise expérience, il apparaîtra un adblocker pour le contrer lui aussi.

D’après le professionnel, à terme toute l’industrie possèdera un type d’offre native. Une inquiétude persiste tout de même : que le native devienne une spirale une fois que tout le monde s’y positionnera. Car certains players ne diffuseront pas correctement ou ne tiendront pas compte de l’expérience utilisateur ni de la viabilité des éditeurs à long terme. Mais les annonceurs veulent désormais fournir à leurs clients une navigation web de qualité.

En outre, ce qu’il faut entendre par « expériences utilisateur » c’est également la vitesse de téléchargement des pubs et la performance des sites dont on ne tient pas encore assez compte à l’heure actuelle.

Native + Vidéo = Native video

Le Native et la vidéo sont la plupart du temps considérés séparément. Selon Justin Choi, ils sont interdépendants. Pour lui, la vidéo in-feed sera un point central fortement influencé par Facebook.

Cette année sera celle où l’on commencera à réaliser que le Native est en fait un emplacement et la vidéo une forme de contenu.

Néanmoins, le native video risque de se développer tardivement, non pas par faute de moyens mais par simple manque de réactivité. Le native video aura permi à Facebook d’engranger de nombreux bénéfices avant que les régies publicitaires ne se réveillent et s’y investissent.

Le Native programmatique ou le contenu programmatique

Bien que le native soit en train de se normaliser, pour les annonceurs cela reste une relation one-to-one avec les différents éditeurs. Certaines entreprises affirment que nous sommes déjà à l’ère du native programmatique mais la vérité est que cela n’a pas encore vraiment commencé.

La tendance en 2016 ne sera pas le native programmatique mais le contenu programmatique

Le native est juste l’emplacement et le programmatique le moyen de normaliser ces efforts autour du contenu. Le contenu est le moyen d’engager l’internaute d’une façon plus significative que de simplement poser une publicité au-dessus de l’emplacement.

C’est pour cette raison que la vidéo est la majeure partie de la stratégie de contenu. Les marques qui investiront dans le contenu investiront aussi beaucoup dans le contenu vidéo pour le développer sur différents emplacements et écrans.

Retrouvez l’intégralité de l’interview

 

Vous aimerez aussi
LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com