DMEXCO : Comment réussir quand on est une start-up du digital selon StickyADS.tv, Teads et Criteo
Partager l'article sur :

A l'occasion du salon européen du digital DMEXCO en septembre dernier, Hervé Brunet (StickyADS.tv), Pierre Chappaz (Teads) et Grégory Gazagne (Criteo) ont fait le point sur la situation actuelle des start-up françaises et européennes et ont énuméré les points clés pour réussir dans cet environnement en constant mouvement.

Voici ce qu'il faut en retenir :

Hervé Brunet, StickyADS.tv
– Le marché du digital est un marché très dynamique, il est donc essentiel de se différencier en créant de la valeur.
– Il est essentiel de savoir s'adapter très rapidement et la question la plus importante à se poser est "comment y parvenir".
– Une fois que votre modèle est bon, vous devez le développer très rapidement sur les autres marchés. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront.
– Il est essentiel de recruter les bonnes personnes : si vous recrutez les bons ingénieurs, efficaces et performants, vous en aurez besoin de moins.
– Le principal avantage de l'Europe est sa créativité. Aux Etats-Unis, ils ont dix fois plus de moyens et de ressources que nous. Nous devons faire plus qu'eux mais avec moins de moyens. Il faut néanmoins trouver un équilibre avec la frugalité.

Pierre Chappaz, Teads
– Les start-up doivent briser les règles : nous avons besoin d'un modèle disruptif.
– Il n'y a aucun intérêt à faire de la publicité forcée, ni pour les internautes, ni pour les marques.
– A la différence de l'audience TV, l'internaute est actif et les formats publicitaires doivent être adaptés en conséquence et doivent être sur la base du volontariat.
– Les principales difficultés pour les start-up sont de trouver le financement pour leur développement et d'attirer les talents.
– Les start-up doivent donc se concentrer sur ce qui crée vraiment de la valeur.
– Un autre point important est de savoir dire non, et de rester donc concentrer sur ses objectifs sans s'éparpiller.
– L'Europe est constituée d'une multitude de cultures et ces différences de culture sont à considérer comme une force.
– Les Etats-Unis ne sont pas aussi innovants que nous le pensons.
– Lorsque Teads a lancé les formats in-Read sur le marché américain, le format a immédiatement été adopté et l'entreprise a connu une très forte croissance.

Grégory Gazagne, Criteo
– Il est essentiel d'avoir une approche disruptive et d'apporter de la valeur sur le marché.
– Il est également essentiel de ne pas uniquement s'adresser aux agences mais également, voire surtout, s'adresser aux annonceurs directement.
– Les start-up ont effectivement un besoin capital de talents. Les Seniors, bien que plus chers, sont plus intéressants.
– Trouver les bonnes personnes à recruter est effectivement l'un des principaux challenges des start-up.
– Il faut changer les mentalités. Aux Etats-Unis, ils appellent Venture Capital ce que nous appellons Capital Risque. Nous ne devons ne plus voir l'investissement et le développement comme un risque mais comme une aventure.
– Le dernier point important à respecter de ne faire qu'une chose à la fois. Une fois que vous faites celle-ci correctement, alors vous pourrez passer à autre chose.

Facebook Comments

Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi