Dossier Vidéo avec 3XChange
Partager l'article sur :

Pour tout comprendre du marché vidéo, nous vous avons concocté une petite série de rappels. Si vous les retenez tous, vous devriez être incollables sur le sujet. Attention, en commençant par la lettre A et en terminant par la Z, nous avons volontairement pris un parti quelque peu disruptif.

A comme Achats

Les achats en publicités vidéo digitales seront 4,5 fois supérieurs en 2020 par rapport à 2013, pour atteindre les 33 milliards de dollars de revenus. Les publicités TV domineront toujours en 2020 avec 83 milliards de revenus. (Source : Nielsen)

B comme Buzz

La publicité vidéo Evian Baby&Me a fait le buzz en 2013. A partir d’un plan de 3 millions de vidéo achetées, celle-ci a depuis été vue plus de 100 millions de fois sur les réseaux sociaux. La publicité vidéo suscite l’émotion et le partage.

C comme CPM

En RTB vidéo, le CPM moyen est de 14€ selon StickyAdsTV sachant que 30% des impressions ont un CPM supérieur à 18€.

D comme Data

53% du trafic data mobile provenait de la vidéo en 2013. Cette proportion devrait atteindre les 69% d’ici 2018 (Source : Cisco).

E comme Efficacité

Selon PointRoll et DG Mediamind, les CTR (taux de clics) sur les publicités s’établissaient entre 0,8% et 1%. Ils sont donc très nettement supérieurs à ceux des bannières classiques, estimés autour de 0,1%.

F comme Facebook

Depuis mars 2014, Facebook a développé ses formats publicitaires vidéo. Il s’agit de vidéos de 15 secondes qui se déclenchent automatiquement au sein du fil de l’utilisateur. La diffusion est limitée à trois par jour.

G comme Grande Consommation

La Grande Consommation arrive largement en tête (32%) des investissements publicitaires en vidéo selon Videology. Suivent le Divertissement (12%) et les Télécoms (11%).

H comme Hulu

Hulu est une joint-venture aux Etats-Unis dans laquelle Disney, Fox et NBC Universal ont investi 750 millions de dollars. Parce lorsque l’on parle de vidéo sur internet, il ne faut pas oublier les développements de video-on-demand proposés par les différents networks et chaînes de télévision.

I comme In-stream

D’après Videology, 68% des publicités diffusées au quatrième trimestre 2013 l’ont été en format pré-roll donc en in-stream. Cette part est en diminution puisque celle-ci était de 80% au premier trimestre 2013. Il existe d’autres formats in-stream comme le post-roll par exemple.

J comme Journaux

Début 2013, la part des impressions vidéo générées par les sites de médias et d’information étaient de 3%. Au dernier trimestre de cette même année, il était alors de 7%. (Source : Videology).

K comme Kiabi

2,6% des 16 000 vidéos publiées par des annonceurs en avril 2014 l’ont été par la marque Kiabi. C’est un record. (Source : Spotlight Social Video / Ebuzzing).

L comme LOL

D’après Videology, 54% des impressions vidéos ont été générées au quatrième trimestre 2013 par des sites de divertissement / entertainment.

M comme Mobile

La part de la vidéo sur mobile et tablette a progressé de 133% entre 2012 et 2013 et comptait pour 15% des vues de vidéo en ligne (Source : Ooyala). Les dépenses en publicité vidéo sur mobile vont progresser de 82,1% en 2014 (Source : Emarketer).

N comme Native

Le buzz word du moment se décline aussi en vidéo, notamment sur mobile. Les liens publicitaires intégrés au sein des contenus mobiles qui redirigent vers une vidéo de contenu d’annonceurs sont de plus en plus nombreux. Pour plus d’infos, voyez dans ce magazine l’interview de Charles Deffontaine (Adyoulike).

O comme Out-stream

Les publicités vidéo sont désormais disponibles dans de nombreux formats out-stream (en dehors des flux vidéo). Le plus connu est l’In-Read développé par Teads. Les inventaires vidéo sont ainsi démultipliés.

P comme Programmatique

D’après la plateforme de marketing programmatique 3XChange, la part de l’achat programmatique vidéo en 2017 pèsera en Europe de l’Ouest (Angleterre, Allemagne, Espagne, France et Italie) 625 millions d’Euros soit 33,2% du marché de la publicité vidéo en ligne.

Q comme Quality Check

Des régies spécialisées en vidéo comme Overviews assurent aux annonceurs un environnement éditorial de qualité en sélectionnant en amont des éditeurs dont le contenu vidéo est effectué par des professionnels.

R comme RTB

Selon StickyAdsTV, la part du RTB dans les achats fut cinq fois supérieure en 2013 par rapport à 2012. En janvier 2014, plus de 380 annonceurs ont acheté des espaces vidéo en RTB.

S comme SSP

Les éditeurs digitaux ont désormais à leur disposition des technologies qui leur permettent de connecter leurs inventaires vidéo aux différentes places de marché. Les deux solutions les plus connues sur le marché français sont celles proposées par StickyAdsTV et Teads.

T comme TV Synchronisation

Plusieurs sociétés développent aujourd’hui des solutions qui permettent de synchroniser des campagnes publicitaires en télévision avec une diffusion parallèle sur internet. La frontière entre TV et Internet se réduit de plus en plus.

U comme User Generated Content

Il s’agit de contenus proposés par des utilisateurs classiques. Ce type de contenu est souvent mis en opposition avec les contenus dits professionnels.

V comme Videonautes

Selon Comscore, 40 millions des 47 millions de français qui se sont connectés à Internet en février 2014 ont visionné une vidéo en ligne sur la même période.

W comme Winner Stays

C’est le nom de la vidéo publiée par Nike au mois d’avril 2014. Et avec plus de 50 millions de vues, c’est la vidéo annonceur la plus vue sur la période. (Source : Spotlight Social Video / Ebuzzing).

X comme Porno

Parce que le temps où M6 faisait recette avec son film érotique le dimanche soir est bel et bien révolu.

Y comme YouTube

Les sites de la galaxie Google -avec YouTube principalement- arrivent en tête sur février 2014 selon Comscore avec près de deux fois plus de visiteurs uniques (33,9 millions contre 17,7 millions) que son concurrent Dailymotion.

Z comme Zaz

Dans les prochaines semaines, Ratecard va vous proposer des vidéos. Et comme nous évitons de faire les choses comme tout le monde, c’est le réalisateur du clip de La Fée (plus de 5 millions de vues sur YouTube) qui sera aux manettes.
 

Programmatique et Vidéo : la vision de 3XCHANGE (Plateforme de Marketing Programmatique)

La publicité digitale vidéo ne cesse de se développer tant par ses nouveaux usages que par les nouvelles possibilités de campagnes cross-canal. Sur ce marché, les achats programmatiques vont s'imposer. Les avantages des campagnes vidéos Programmatique sont multiples :

Définition précise de la cible et activation média via un ciblage basé sur l’audience,

Datas disponibles pour toucher efficacement cette cible,

Inventaire Premium / International,

4 Scénarisation possible via un dispositif multi-canal,

5 Planification plus facile de la TV et du digital,

6 Possibilité de répliquer des campagnes TV en Web,

7 Répétition du message / Optimisation de la fréquence pour limiter les views inutiles.

Selon une étude de 2013 menée par IHS, le marché de la publicité vidéo programmatique quintuplera entre 2013 et 2017 sur les cinq principaux marchés européens – Royaume-Uni, Allemagne, France, Espagne, Italie.  En 2017 sur ces cinq pays, il pèsera 626,5 millions d’euros alors que la part de l’achat programmatique atteindra un tiers (33,2%) du marché de la publicité vidéo en ligne.

Lire la suite du Ratecard_Magazine #24


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi