One billion dollar baby
Partager l'article sur :

Depuis le 10 avril 2012 et le rachat d'Instagram par Facebook, le chiffre qui trotte dans la tête des entrepreneurs au melon surdimensionné mais à l'ambition dévorante, c'est 1 milliard. Nous sommes loin des discussions entre semi-bras cassés que nous sommes, de type « Et toi, tu penses qu'il faut avoir combien d'argent pour arrêter de travailler ? » Nous sommes ici dans la stratosphère, cet endroit où l'argent ne sert pas à être dépensé mais bien à valider ou non un succès.
 
Ce serait mentir que de dire que cette volonté du milliard n'est que récente. Dès 1999, une discussion probablement arrosée mais finalement très instructive avec les fondateurs de Caramail nous avait déjà fait tomber sur les fesses. Alors que nous souhaitions les accueillir au sein de notre Conseil d'Administration suite à notre spectaculaire levée de 1M€, 6,56MF de l'époque, les deux caramels nous avaient alors expliqué que pourquoi pas mais avaient voulu en savoir un peu plus sur nos ambitions. Elles étaient bien évidemment débordantes mais quand nos nouveaux amis expliquèrent que pour eux, rien ne se passerait à moins d'1 milliard, certes de francs, nous nous sentîmes, comment dire, un peu jeunots. Nous sourîmes en nous disant : n'importe quoi, le jour où quelqu'un leur proposera 200 millions la cause sera entendue. Bien évidemment nous avions tout faux puisque depuis, les compères empilent les succès (Caramail, Lentilles Moins Chères, Winamax) comme d'autres des boîtes de conserves dans leur cave des fois qu'il y aurait encore une tempête à Paris, comme en décembre 1999 la fois où trois arbres sont tombés.

En 2013, Criteo a rejoint ce cercle très fermé des sociétés dont on peut dire qu'elles cartonnent. Qui sera le suivant en 2014 ? Rubicon ? L'introduction en bourse semble se rapprocher de jour en jour. RadiumOne? Pourquoi pas. Quoi qu'il en soit, le challenge est impressionnant.
Un article de FirstRound.com nous explique qu'il existe 0,00006% de chance d'arriver à ce résultat quand on lance une société. Un chiffre particulièrement intelligent, qui apparemment part du principe qu’y arriver relève uniquement du hasard, et que Facebook avait autant de chances de le faire que de l’entreprise que vous avez créée juste pour défiscaliser votre cave à cigares. De notre côté, histoire de maximiser nos chances, nous venons de créer 1250 sociétés. En effet, comme disait Schopenhauer : « Plus ça rate, plus on a de chances que ça réussisse ».
 
Mais toute considération probabiliste mise de côté, il faut tout de même avoir une sacrée confiance en soi pour affirmer ce type d'ambition. La morale de cette petite histoire, c'est qu'en ambitionnant l'Everest, vous vous donnez une vraie chance de vous retrouver sur le Mont-Blanc. Si vous ambitionnez le Mont Canigou, vous terminerez probablement sur le Sacré-Coeur…
 


Partager l'article sur :
Vous aimerez aussi